Vie Pratique

Rester assis favoriserait l’infirmité et le handicap

Pour les personnes de plus de 60 ans, chaque heure supplémentaire de la journée passée assis est liée à un risque accru de développer un handicap physique, selon une nouvelle étude de la Northwestern University Feinberg de l’École de médecine.

Les chercheurs savent depuis longtemps que la sédentarité est nuisible à la santé d’une personne – et que l’activité modérée a de nombreux avantages pour la santé.

» Mais ce que nous ne savions pas, c’est si c’était seulement deux façons de voir la même question – qui est, si la sédentarité signifiait que vous aviez une activité insuffisante, ou si elle était un facteur de risque distinct » a dit l’auteur de l’étude Dorothy Dunlop, professeur de médecine préventive à l’Université Northwestern, à FoxNews.com. » Et cette étude est une preuve irréfutable que la sédentarité est un facteur de risque indépendant. »

Dans une étude publiée dans le Journal de l’activité physique et la santé, Dunlop a analysé les données recueillies auprès de 2286 adultes de plus de 60 ans qui avaient participé à la « National Health and Nutrition Examination Survey ». De 2002 à 2005, chaque participant à l’étude portait un accéléromètre – un dispositif qui surveille l’activité physique – afin d’évaluer objectivement leurs niveaux d’activité, ou d’inactivité.

Les chercheurs ont également recueilli des données sur la santé des participants pour déterminer leur risque de handicap.
«La façon dont ils ont défini le handicap était limitations dans les activités de base dont vous avez besoin de faire pour rester indépendant – se nourrir, se laver, s’habiller, marcher d’une pièce à l’autre», a déclaré Dunlop.




Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que pour chaque heure supplémentaire par jour qu’une personne a passé assise, leur risque d’incapacité a augmenté de 50 pour cent.

» Si vous prenez deux femmes de 65 ans, avec les mêmes profils de santé, et … une est assise ou faisant très peu d’activité environ 12 heures par jour, sa chance d’être dans la piscine réservée aux handicapés est d’environ 6 pour cent « , a déclaré Dunlop. » Si vous prenez une autre personne, également 65 ans, même profil de santé, mais elle s’assoit environ 13 heures par jour, sa chance de devenir infirme est de 9 pour cent, c’est une augmentation de 50 pour cent pour chaque heure. »

En outre, parmi les personnes qui ont passé le plus de temps assis, leur risque accru d’invalidité ne peut être expliqué par un manque d’exercice. Toutefois , Dunlop a mis en garde que cela ne signifie pas que les gens devraient abandonner et quitter la salle de gym.

» Il y a deux messages ici – l’activité physique est très importante, et cela réduit le risque de handicap », a déclaré Dunlop. « La sédentarité est un facteur de risque distinct. Vous voulez vous concentrer sur les deux – être aussi actif que possible et pour les personnes … qui ont des emplois de bureau et qui sont obligées de s’asseoir une grande partie des heures de la journée, il est avantageux de trouver des occasions de remplacer une partie de ce temps par d’autres activités « .

Bien que l’étude n’a pas examiné les mécanismes qui expliquent le lien entre la position assise et l’augmentation du risque d’invalidité, Dunlop a certaines théories.

» Mes collègues me disent que quand une personne est assise durant une période prolongée, leurs muscles brûlent moins de graisse et le sang coule plus lentement « , a déclaré Dunlop. » Et d’ailleurs, si quelqu’un s’effondre sur sa chaise alors ses muscles du dos et de l’estomac sont inutilisés et la question de muscles inactifs et la circulation lente du sang peuvent contribuer à toutes sortes de maladies chroniques comme l’hypertension artérielle, les maladies cardiaques, le diabète, et également contribuer à des varices, et des jambes et des chevilles enflées ».

Et si cette étude a porté sur une population plus âgée, Dunlop a déclaré que les effets sur la santé de la position assise sur une population plus jeune sont probablement semblables.

» Nous n’avons pas examiné les personnes de moins de 60 ans parce que le handicap est si rare dans ce groupe d’âge plus jeune », a déclaré Dunlop. » Cependant, il n’y a aucune raison de s’attendre à un résultat différent. »

D’autres recherches seront nécessaires pour prouver définitivement le lien entre position assise et un risque accru de handicap – mais jusque-là, Dunlop a conseillé aux gens d’essayer de remplacer le temps sédentaire par une activité physique légère aussi souvent que possible.

«Quand je parle au téléphone, si je me lève pendant que je parle, cela change ma position. Ce qu’il faut faire est donc tout simplement d’accumuler plus de temps où vous n’êtes pas assis ou sédentaire en face d’un ordinateur ou d’une télévision. «

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *